Tag -

Sophie Val-Piguel

Bouillon de culture

Le Dernier Brûleur d’Etoiles – Sophie Val-Piguel

474 Views
le dernier brûleur d'étoiles

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de mon énorme coup de cœur lecture de cet été. Il s’agit du Dernier Brûleur d’Etoiles de Sophie Val-Piguel. Une histoire à mille lieues des lectures que j’apprécie habituellement, ce qui en fait à mes yeux un livre encore plus exceptionnel.

 

Pourquoi j’ai choisi ce livre

Je ne vous mentirai pas, j’ai acheté ce livre lors de ma panne de lecture. Un an auparavant je pensais m’en être sortie mais c’était pour mieux y replonger quelques mois plus tard. Alors quand j’ai reçu un mail de France Loisirs me signalant que ma date d’achat obligatoire était sur le point d’arriver, c’est sans grande conviction que je suis allée sur leur site pour trouver un livre pas trop cher qui pourrait peut-être me tenter. C’est d’abord le titre du livre qui m’a attiré l’œil, impossible de se faire une idée de la trame, de l’époque, du lieu, tout était à découvrir. J’ai ensuite remarqué qu’il était lauréat du Prix de l’Imaginaire chez France Loisirs. Ma lecture coup de cœur précédente s’avérait être Les Ailes d’Emeraude, d’Alexiane de Lys, lauréat du même prix l’année précédente. Je me suis donc dit que je ne prenais pas de risque en tentant l’aventure avec celui-ci et j’ai lu la quatrième de couverture.

 

À la suite d’un étrange cauchemar, la vie de Gwenvael bascule. Contraint de fuir l’orphelinat où il vit depuis toujours, le jeune homme tente de donner un sens aux mystérieuses paroles prononcées par le directeur de l’institut juste avant son départ : « Trouve Calypso ».

Lorsqu’il est attaqué par une horde d’hommes des bois et capturé par un redoutable guerrier, Gwenvael comprend qu’il a franchi les portes d’un autre monde. Et s’il n’avait pas toujours vécu à l’orphelinat ? S’il était Celui qu’ils attendaient tous ?

 

Si vous êtes un peu coutumier des univers Fantasy vous trouverez dans ce résumé comme un petit goût des Mondes d’Ewilan, saga que j’ai également beaucoup aimée. J’ai donc fini par acheter ce livre et l’ai laissé traîner plusieurs mois avant de trouver une solution à mes problèmes de lecture.

Dernier petit point important, je l’ai pris en version ebook puisque j’ai une liseuse Kobo. Ayant vu la version papier il y a quelques semaines dans une vidéo de Pikiti Bouquine, je peux vous assurer que si je l’avais vu en librairie je ne l’aurai jamais pris de peur de me briser le poignet tant il est énorme ! Mais je serais passé à côté d’un diamant. Ne vous découragez pas face au nombre de pages, Le Dernier Brûleur d’Etoiles est à découvrir absolument !

 

Mon avis

Lorsque j’ai choisi ce livre au hasard dans ma liseuse cet été je n’attendais pas grand-chose de ce livre. A part les quelques points qui m’avaient fait l’acheter, je n’en savais pas plus. Je n’avais pas lu d’article à son sujet, pas vu de vidéo, et je ne m’avais pas cherché à en connaître d’avantage. Pour être totalement franche, j’avais en fait oublié que je l’avais acheté quelques mois plus tôt. Pour ce qui est de la trame, les premières pages m’ont tout d’abord fait penser au début des Ailes d’Emeraude, les quelques chapitres d’après aux Mondes d’Ewilan. Mais le premier choc est arrivé dès la lecture des premières lignes du roman, grâce au style de Sophie Val-Piguel. J’ai l’habitude de changer de style d’écriture, passant aisément d’un Steve Berry à un Kiera Cass, je venais de terminer la saga Never Sky de Veronica Rossi. Je dois dire que c’est la première fois qu’une plume me marque autant. Dès les premiers mots je me suis sentie happée par cette écriture fluide et soutenue et ce malgré une narration à la première personne qui me trouble habituellement. En quelques pages, j’étais déjà accro, c’est dire !

Si l’histoire commence sur un schéma bien connu, elle finit par construire son propre chemin sans que l’on s’en rende compte. Un monde intégralement créé par l’auteure avec une géographie, une nature et un passé riches, une idée fascinante autour des Brûleurs d’Etoiles, des personnages variés et nuancés dont on n’arrive pas toujours à savoir quel côté ils soutiennent … Comme le livre est long j’avais peur que la trame soit monotone et fixée dès le départ mais Sophie Val-Piguel sait quand introduire de nouveaux éléments et faire partir ses personnages sur une autre branche de l’histoire. J’ai aussi particulièrement aimé les liens qui unissent Gwenvael à Calypso ainsi que la relation qui se construit entre Gwenvael et son mentor qui évolue également au cours du récit. J’ai deviné certains éléments au court de la lecture, d’autres, comme quelques morts, ont su me surprendre.

 

Pour résumer en quelques mots

J’ai aimé :

  • Le monde intégralement imaginé par l’auteur, je ne me souviens pas avoir lu de « légende » approchant de celle mise en place pour les Brûleurs d’Etoiles
  • Le héros qui n’est pas lisse, a ses zones d’ombres et surtout (assez rare pour être noté) est bien justement traumatisé par ses premiers assassinats
  • Le récit qui ne se repose pas sur une trame en ligne droite

J’ai moins aimé

  • Quelques longueurs ou rebondissement attendus
  • Je me suis fait la remarque qu’une carte en début de roman pour pouvoir se repérer aurait été top. Mais comme je suis sur liseuse, son utilisation n’aurait en fait pas été très simple. Je ne sais pas s’il y en a une pour la version papier.

 

Au final j’ai absolument adoré Le Dernier Brûleur d’Etoiles. Moi qui ne suis pas une grande fan de fantasy (je n’en lis jamais à part quelques exceptions) et qui n’aurais pas acheté ce livre si j’avais su qu’il s’intégrait dans cet univers, je peux vous dire que je serais passée à côté du plus gros coup de cœur de ces dernières années. Encore une fois, ne vous laissez pas refroidir par le pavé, c’est une histoire à découvrir, d’autant plus que la saison d’automne s’y prête parfaitement !