Tag -

lecture

Bouillon de culture

« Black-Out » de Connie Willis

597 Views

Il y a quelques semaines j’ai enfin réussi à terminer « Black Out » de Connie Willis. Je dis « enfin » parce que j’ai commencé ma lecture en novembre et que j’ai eu beaucoup de mal à avancer rapidement ma lecture. Je vous propose de découvrir tout de suite ce que j’en ai pensé !

Pourquoi j’ai choisi ce livre

Comme vous le voyez sur la photo je suis l’heureuse propriétaire d’une liseuse Kobo. Il y a quelques mois la Fnac a mis en vente pas mal de livre électroniques à tout petit prix (0.99€ ou 1.99€ de mémoire). Il s’agissait de beaucoup de tomes 1 de saga plus ou moins populaires. Lorsque j’ai vu « Black Out » dans la liste, la couverture m’a d’abord énormément intriguée. J’ai lu beaucoup de livres historiques sur cette époque (le dernier m’ayant tout simplement traumatisée, je n’ai plus touché au genre « histoire vraie » depuis 10 ans …) mais jamais rien sur ce qui s’est passé en Angleterre pendant la Seconde Guerre Mondiale. L’approche « roman » m’a plu, j’ai donc acheté ce livre en me disant « Pourquoi pas ? A ce prix là je peux me permettre quelques découvertes hors de mes sentiers battus ». Voici le résumé en quatrième de couverture :

Oxford, futur proche. L’université est définitivement dépoussiérée : historien est devenu un métier à haut risque. Car désormais, pour étudier le passé, il faut le vivre. Littéralement.
Michael Davies se prépare pour Pearl Harbor, Merope Ward est aux prises avec une volée d’enfants évacués en 1940, Polly Churchill sera vendeuse en plein coeur du Blitz, et le jeune Colin Templer irait n’importe où, n’importe quand, pour Polly…
Ils seront aux premières loges pour les épisodes les plus fascinants de la Seconde Guerre mondiale. Une aubaine pour des historiens, sauf que les bombes qui tombent sont bien réelles et une mort soudaine les guette à tout moment. Sans parler de ce sentiment grandissant que l’Histoire elle-même est en train de dérailler.
Et si, finalement, il était possible de changer le passé ?

Je voue un amour sans faille aux thrillers/aventures historiques tels que Da Vinci Code ou la saga des Coton Malone de Steve Berry, donc je me suis dit qu’il y avait de fortes chances pour que je puisse apprécier celui-ci, même si je savais dès le départ qu’on était loin de l’ambiance et des complots ou des secrets gardés depuis des siècles. Encore une fois, changer de genre ne fait pas de mal !

Mon avis

Comme je vous l’ai dit dans l’introduction de cet article, il m’a fallu 4 mois pour lire ce livre, pas moins. Déjà parce qu’encore une fois je me suis faite piéger par le format électronique et je ne me suis pas rendue compte que le livre faisait presque 700 pages ! Mais si j’ai mis tant de temps à terminer ce tome 1 c’est surtout que j’ai eu énormément de mal à entrer dans l’histoire. L’auteur nous plonge immédiatement dans les flots d’un océan en pleine tempête entremêlant fausses pistes d’un Colin amoureux, avalanche de termes techniques sur l’organisation des voyages temporels et la structure d’Oxford (ville dans laquelle le centre de pilotage est situé) aux sauts continuels entre différents personnages et différentes époques. La lecture du premier tiers du roman a été une épreuve pour moi, totalement perdue au milieu de toutes ces informations et incapable de me raccrocher à quoi que ce soit. J’ai plusieurs fois failli abandonner, mais je ne l’ai pas fait parce que j’étais totalement consciente que si je le laissais de côté, il me faudrait un jour lire à nouveau tous ces chapitres (oui, j’épargne autant que faire se peut mon « moi futur »).

Et subitement, passées les 250 premières pages, le récit change de tournure. L’auteur nous décrit le voyage de 4 historiens plongés dans l’Angleterre de la Seconde Guerre Mondiale, chacun à un endroit différent (côte anglaise, Londres, base militaire et refuge en campagne des enfants londoniens). A travers leur histoire on découvre la vie des Anglais pendant la guerre. Un récit passionnant mêlant action et intimité, peurs et joies. J’ai adoré la fin de ma lecture et la manière avec laquelle Connie Willis raconte le quotidien de ses personnages mêlé à celui de ceux qui malgré leurs peurs ont tenu bon. J’ai particulièrement aimé suivre Mérope avec les enfants réfugiés et Polly dans sa vie londonienne ponctuée de nuits dans les refuges qui effacent toutes les barrières sociales établies. Au fur et à mesure du récit on découvre les rebondissements qui mènent à l’issue finale de ce tome 1 sans pour autant avoir une certitude quant à la question « Qui a fait une grosse boulette ? ». J’ai dévoré les derniers chapitres et j’ai hâte de découvrir le tome 2 !

Pour résumer en quelques mots

J’ai aimé :

  • découvrir le quotidien des Anglais pendant la Seconde Guerre Mondiale. Connie Willis a fait un énorme travail de recherches et le mêle parfaitement à son récit
  • les rebondissements autour de Michael, avec une mention spéciale au superbe « Les Allemands arrivent ! » qui a failli me faire lâcher le livre de stupeur
  • l’impossibilité de connaître le responsable de la catastrophe à venir. Est-ce l’un des 4 historiens ? Un problème à Oxford ? De fausses archives ?

J’ai moins aimé :

  • Clairement, les 250 premières pages peuvent décourager, j’ai failli moi-même abandonner, ce qui m’aurait privé d’une très bonne lecture

Avez-vous lu ce livre ou pensez-vous le lire ? Venez en parler dans les commentaires !

 

La fiche du livre
Parution : 2012
Auteur : Connie Willis
Editions : Bragelonne
Genre : Science-Fiction
Bouillon de culture

Le Dernier Brûleur d’Etoiles – Sophie Val-Piguel

691 Views
le dernier brûleur d'étoiles

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de mon énorme coup de cœur lecture de cet été. Il s’agit du Dernier Brûleur d’Etoiles de Sophie Val-Piguel. Une histoire à mille lieues des lectures que j’apprécie habituellement, ce qui en fait à mes yeux un livre encore plus exceptionnel.

 

Pourquoi j’ai choisi ce livre

Je ne vous mentirai pas, j’ai acheté ce livre lors de ma panne de lecture. Un an auparavant je pensais m’en être sortie mais c’était pour mieux y replonger quelques mois plus tard. Alors quand j’ai reçu un mail de France Loisirs me signalant que ma date d’achat obligatoire était sur le point d’arriver, c’est sans grande conviction que je suis allée sur leur site pour trouver un livre pas trop cher qui pourrait peut-être me tenter. C’est d’abord le titre du livre qui m’a attiré l’œil, impossible de se faire une idée de la trame, de l’époque, du lieu, tout était à découvrir. J’ai ensuite remarqué qu’il était lauréat du Prix de l’Imaginaire chez France Loisirs. Ma lecture coup de cœur précédente s’avérait être Les Ailes d’Emeraude, d’Alexiane de Lys, lauréat du même prix l’année précédente. Je me suis donc dit que je ne prenais pas de risque en tentant l’aventure avec celui-ci et j’ai lu la quatrième de couverture.

 

À la suite d’un étrange cauchemar, la vie de Gwenvael bascule. Contraint de fuir l’orphelinat où il vit depuis toujours, le jeune homme tente de donner un sens aux mystérieuses paroles prononcées par le directeur de l’institut juste avant son départ : « Trouve Calypso ».

Lorsqu’il est attaqué par une horde d’hommes des bois et capturé par un redoutable guerrier, Gwenvael comprend qu’il a franchi les portes d’un autre monde. Et s’il n’avait pas toujours vécu à l’orphelinat ? S’il était Celui qu’ils attendaient tous ?

 

Si vous êtes un peu coutumier des univers Fantasy vous trouverez dans ce résumé comme un petit goût des Mondes d’Ewilan, saga que j’ai également beaucoup aimée. J’ai donc fini par acheter ce livre et l’ai laissé traîner plusieurs mois avant de trouver une solution à mes problèmes de lecture.

Dernier petit point important, je l’ai pris en version ebook puisque j’ai une liseuse Kobo. Ayant vu la version papier il y a quelques semaines dans une vidéo de Pikiti Bouquine, je peux vous assurer que si je l’avais vu en librairie je ne l’aurai jamais pris de peur de me briser le poignet tant il est énorme ! Mais je serais passé à côté d’un diamant. Ne vous découragez pas face au nombre de pages, Le Dernier Brûleur d’Etoiles est à découvrir absolument !

 

Mon avis

Lorsque j’ai choisi ce livre au hasard dans ma liseuse cet été je n’attendais pas grand-chose de ce livre. A part les quelques points qui m’avaient fait l’acheter, je n’en savais pas plus. Je n’avais pas lu d’article à son sujet, pas vu de vidéo, et je ne m’avais pas cherché à en connaître d’avantage. Pour être totalement franche, j’avais en fait oublié que je l’avais acheté quelques mois plus tôt. Pour ce qui est de la trame, les premières pages m’ont tout d’abord fait penser au début des Ailes d’Emeraude, les quelques chapitres d’après aux Mondes d’Ewilan. Mais le premier choc est arrivé dès la lecture des premières lignes du roman, grâce au style de Sophie Val-Piguel. J’ai l’habitude de changer de style d’écriture, passant aisément d’un Steve Berry à un Kiera Cass, je venais de terminer la saga Never Sky de Veronica Rossi. Je dois dire que c’est la première fois qu’une plume me marque autant. Dès les premiers mots je me suis sentie happée par cette écriture fluide et soutenue et ce malgré une narration à la première personne qui me trouble habituellement. En quelques pages, j’étais déjà accro, c’est dire !

Si l’histoire commence sur un schéma bien connu, elle finit par construire son propre chemin sans que l’on s’en rende compte. Un monde intégralement créé par l’auteure avec une géographie, une nature et un passé riches, une idée fascinante autour des Brûleurs d’Etoiles, des personnages variés et nuancés dont on n’arrive pas toujours à savoir quel côté ils soutiennent … Comme le livre est long j’avais peur que la trame soit monotone et fixée dès le départ mais Sophie Val-Piguel sait quand introduire de nouveaux éléments et faire partir ses personnages sur une autre branche de l’histoire. J’ai aussi particulièrement aimé les liens qui unissent Gwenvael à Calypso ainsi que la relation qui se construit entre Gwenvael et son mentor qui évolue également au cours du récit. J’ai deviné certains éléments au court de la lecture, d’autres, comme quelques morts, ont su me surprendre.

 

Pour résumer en quelques mots

J’ai aimé :

  • Le monde intégralement imaginé par l’auteur, je ne me souviens pas avoir lu de « légende » approchant de celle mise en place pour les Brûleurs d’Etoiles
  • Le héros qui n’est pas lisse, a ses zones d’ombres et surtout (assez rare pour être noté) est bien justement traumatisé par ses premiers assassinats
  • Le récit qui ne se repose pas sur une trame en ligne droite

J’ai moins aimé

  • Quelques longueurs ou rebondissement attendus
  • Je me suis fait la remarque qu’une carte en début de roman pour pouvoir se repérer aurait été top. Mais comme je suis sur liseuse, son utilisation n’aurait en fait pas été très simple. Je ne sais pas s’il y en a une pour la version papier.

 

Au final j’ai absolument adoré Le Dernier Brûleur d’Etoiles. Moi qui ne suis pas une grande fan de fantasy (je n’en lis jamais à part quelques exceptions) et qui n’aurais pas acheté ce livre si j’avais su qu’il s’intégrait dans cet univers, je peux vous dire que je serais passée à côté du plus gros coup de cœur de ces dernières années. Encore une fois, ne vous laissez pas refroidir par le pavé, c’est une histoire à découvrir, d’autant plus que la saison d’automne s’y prête parfaitement !

Bouillon de culture

Panne de lecture : comment j’ai réussi à lire à nouveau

1459 Views

Je me souviens que lorsque j’était adolescente j’adorais lire et je n’avais pas de style de prédilection. Je dévorais les bouquins et adorais être transportée dans des univers différents. Mais si comme moi vous avez été traumatisés par les lectures imposées de la fin du collège et surtout du lycée, vous avez probablement souffert d’un dégoût de lecture, voire vous en souffrez toujours. Pendant quelques années je n’ai pas réussi à ouvrir le moindre livre (exception faite des derniers tomes de Harry Potter bien entendu). Puis j’ai essayé de retrouver cette envie de lire avec des auteurs qui avaient ma confiance mais cela ne m’a pas préservée de quelques déceptions et j’avais l’impression de lire tout le temps la même chose. J’avais beau acheter des livres d’autres auteurs et d’autres genres, ils prenaient désespérément la poussière sur mon étagère et je les regardais dépérir tristement. Mon chéri lit énormément, mais rien n’y faisait, je n’y arrivais pas. Et puis progressivement j’ai réussi à retrouver le goût de la lecture en mettant en place un semblant d’organisation et en allant piocher mes envies dans divers endroits. Je vous propose aujourd’hui de vous donner les petites astuces qui m’ont permise de mettre fin à ma panne de lecture.

Mettre en évidence sa pile à lire

PAL pour les intimes, la pile à lire est l’ensemble des livres qui sont en votre possession mais que vous n’avez pas encore lus. J’avais jusque là dans ma bibliothèque un mélange anarchique des livres lus, livres commencés et livres jamais ouverts. Je ne savais donc jamais d’un simple coup d’œil quels étaient ceux que je n’avais jamais ouverts ou jamais terminés. J’ai un jour pris mon courage à deux mains, sorti tous mes bouquins, les ai étalés sur le sol et triés. Aujourd’hui j’ai une étagère consacrée aux livres que je n’ai pas encore lus. J’ai acheté il y a 5 ans une liseuse KoboByFnac dans laquelle j’ai retrouvé ce principe puisqu’elle classe automatiquement les livres selon les trois catégories « Livres terminés », « Livres en cours » et « Livres non lus ». Mettre en évidence ma PAL a été un premier pas vers une organisation plus claire de mes lectures. Dorénavant je me dirige immédiatement vers cette étagère ou vers cette section de ma liseuse pour piocher le prochain livre !

Je sais que certains voient la PAL comme une pression supplémentaire qui les bloque d’autant plus. Si vous sentez que c’est le cas pour vous ne suivez pas cette méthode.

Définir ses « moments de lecture »

S’il y a bien une chose que j’ai découvert c’est que chacun a son rythme de lecture mais surtout ses moments lectures. Mon chéri par exemple adore lire le soir une fois au lit. J’ai tenté et il a bien fallu se rendre à l’évidence : j’en suis incapable. Je commence à lire, puis au bout de 5 minutes les lignes s’entrecroisent, les mots perdent tout leur sens et je suis incapable de lendemain d’avoir le moindre souvenir des quelques pages que j’ai difficilement parcourues la veille. Après quelques tentatives ratées j’ai cherché d’autres moments pour lire et je me suis aperçue que j’étais définitivement une lectrice de jour : pendant les pauses déjeuner, dans les transports, le weekend dans le jardin ou sur mon canapé en hiver au coin du feu (oui j’ai cette chance, ce petit cliché qui se trouve être un vrai bonheur !). Si je lis le soir, c’est dans le salon et uniquement si je sens que j’ai encore trop d’énergie pour dormir immédiatement. Depuis ce constat je n’ai plus de problèmes pour lire un livre entamé.

Apprenez à connaître votre rythme et vos moments de lecture, ne faîtes pas l’erreur de lire à telle heure juste parce que quelqu’un de votre entourage lit en même temps. Débarrassez-vous des contraintes et des complexes. Ce sont vos lectures, vos moments de détente, vos escapades.

Sortir du cadre des lectures imposées

En plus de me dégoutter de la lecture, les lectures imposées de mon parcours scolaire ont eu un autre impact négatif. Alors qu’avant je papillonnais entre différents styles et que je n’avais jamais aucun soucis pour choisir un livre, après quelques années je me suis retrouvée incapable de définir ce qui me plaisait et ce que j’avais envie de lire. Vous noterez à quel point cette panne d’envie s’avère rédhibitoire lorsque l’on souhaite à nouveau passer sur temps sur son canapé avec un bouquin.

J’ai d’abord repris la lecture avec des auteurs et un genre que je savais affectionner particulièrement : les aventures, complots et légendes « historiques » avec notamment Dan Brown et Steve Berry. J’alternais régulièrement avec un autre genre, la chicklit, que j’arrivais encore à lire après mes années lycée. Juste assez pour me rendre compte que je n’aimais plus cette catégorie, souvent trop légère et répétitive. J’avais donc l’impression de m’enfermer dans les thrillers sur fond d’énigmes historiques et très peur d’être à nouveau lassée. J’avais dans ma PAL des livres de genres différents mais je partais toujours avec cette appréhension du « Et s’il ne te plaisait pas ? ». Il a fallu trouver une solution pour me décoincer et apprendre à piocher mes livres à l’envie ou au hasard.

Cette solution est arrivée en deux temps. J’ai d’abord suivi attentivement les pages « Culture » et « Livres » de Hellocoton qui regorgeaient jour après jour de nouveaux articles pleins de recommandations ou d’avis. J’ai également décidé de faire confiance aux récompenses que certains livres pouvaient recevoir comme celle du « Prix de l’Imaginaire » de France Loisirs. Cela m’a permis de découvrir de jolies pépites et de me remettre progressivement le pied à l’étrier. Mais la solution qui a réellement mis fin à ma panne de lecture est venue contre toute attente de Youtube. Cela faisait plusieurs mois que je regardais des vidéos beauté ou voyage et un jour l’une des Youtubeuses que je suivais a annoncé créer sa chaîne booktube. Je ne connaissais alors pas le phénomène et je suis allée voir sa première vidéo : une révélation. Au fil des mois j’ai découvert d’autres Booktubeuses et je suis totalement devenue adeptes des book haul, des revues de lectures ou autres vidéos thématiques. Ces filles ont réussi à me redonner l’envie de lire ! Elles m’ont permise de découvrir des genres vers lesquels je ne m’étais jamais tournée, des livres qui de premier abord ne m’auraient jamais plu et surtout de retrouver une motivation que je croyais disparue pour toujours ! Si je devais ne donner que trois chaînes, voici en quelques mots celles qui ont ma préférence.

Pikiti Bouquine : Stéphanie n’est pas la booktubeuse la plus célèbre ou la plus « professionnelle », mais c’est elle qui m’a fait découvrir cet univers et elle reste celle que j’aime le plus. Ses goûts sont assez semblables aux miens, ses vidéos sont régulières et fournies pour me donner des idées ou déclencher de nouvelles envies de lectures. Et surtout, elle est réellement passionnée et sait transmettre ses coups de cœur et ses déceptions sans en faire des tonnes avec un langage direct et non calculé, sans jamais détruire un livre qui ne lui aurait pas plu. Alors certes la luminosité n’est pas nickel, il y a parfois des fonds sonores de lave vaisselle, mais je ne m’arrête pas à ça, je ne suis pas là pour ça. J’adore sa chaîne, je lui suis fidèle depuis un an et ses vidéos sont toujours celles que je regarde en premier lorsque je vais sur Youtube.

Bulledop : Emilie fait partie des dernières Booktubeuses que j’ai découvertes mais est grimpée directement prendre la seconde place de mon top 3. Des lectures éclectiques, des montages efficaces, des vidéos à thèmes et surtout un grain de folie que je n’ai retrouvé chez aucune autre ! Sans compter qu’elle m’a fait découvrir récemment le bullet journal, une nouvelle aventure pour moi ! L’occasion pour vous de découvrir si vous ne le saviez pas déjà que j’arrive toujours après le départ du train…

Margaud Liseuse : avec sa chevelure flamboyante, son fauteuil cosy posé devant sa bibliothèque et son ton calme, Margaud est la booktubeuse idéale pour de vrais moments de recherche d’inspirations lectures. Je n’ai pas forcément les mêmes goûts qu’elle mais j’aime beaucoup la manière dont elle partage ses lectures ou ses vidéos à thèmes/TAGs. Je regarde toujours ses vidéos lorsque je suis en mode cocooning, lovée dans mon canapé avec un bon thé, mon chéri et mes chats (et le feu de bois en hiver).

Pour allez plus loin

Une fois ma PAL mise en évidence, mes moments lecture définis et mon envie de lire revenue, il m’est devenue bien plus facile d’enchaîner les livres à mon rythme et de varier les genres. Il me reste une dernière petite astuce à vous donner. Je suis assez maniaque dans mon organisation, j’aime quand tout est clair et regroupé au même endroit. On en parle par exemple des livres tentants notés à la va vite sur un bout de papier qui se perd au fond du sac ou que le chat glisse sournoisement sous un meuble ? Stéphanie (oui toujours !) m’a fait découvrir une bibliothèque virtuelle que j’adore et dont je ne pourrais plus me passer : Livraddict. Après avoir créé un compte, vous pouvez renseigner votre profil, vos livres lus, vos lectures en cours, votre PAL ou encore votre wishlist. Vous pouvez également noter un livre, laisser un avis ou rattacher une chronique de blog. De plus, le site dispose d’un espace forum vous permettant d’échanger avec les autres utilisateurs, de participer à des challenges, de suivre les dernières sorties et tant d’autres choses ! N’hésitez pas à vous inscrire si cela vous intéresse ! Je l’utilise beaucoup et il est constamment ouvert lorsque je regarde une vidéo booktube afin de pouvoir noter rapidement une envie de lecture et la retrouver tout aussi vite.

Retrouver le goût de la lecture a été pour moi un véritable parcours du combattant mais j’y suis arrivée avec quelques astuces et l’aide de mes booktubeuses préférées. Depuis un an j’ai lu une quinzaine de livres. Cela peut paraître peu mais c’est déjà bien plus que je n’ai lu pendant 10 ans. Il m’a semblé intéressant de vous partager ces petites choses qui m’ont aidée. Il ne s’agit pas d’un mode d’emploi à suivre à la lettre mais d’une liste d’idées somme toute assez communes dans laquelle vous pouvez piocher afin redécouvrir le plaisir de lire. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter de très bonnes lectures à venir !

Et vous, avez-vous connu une panne de lecture ? Quelles sont vos astuces ? Que lisez-vous actuellement ?

Crédit photo : Pexels