Tag -

Alan Turing

Bouillon de culture

The Imitation Game, Alan Turing retrouve la place qui lui est due

729 Views
Imitation_game_5

Dimanche 25 janvier, je tombe sur un entretien entre Laurent Weil et Benedict Cumberbatch. Ce dont ils parlent est très intéressant, ça ressemble beaucoup à la vie d’Alan Turing. Comment ça, un film sur Alan Turing ?? Chéri, faut qu’on aille au cinéma !! Oui, des fois je ne suis pas très au courant de ce qui sort sur les écrans …

En tant qu’ingénieurs en informatique, nous avons plusieurs « dieux », scientifiques ou écrivains. Trônent en tête Isaac Asimov et Alan Turing (non, Bill Gates, Steve Jobs et Mark Zuckerberg ne font pas partie du classement, même si leurs actions de démocratisation de l’informatique et de façonnage du monde connecté sont remarquables). Isaac Asimov, vous le connaissez certainement, même sans avoir retenu son nom, vous avez forcément un jour ou l’autre entendu parler des trois lois de la robotique (fondements du film I Robot avec Will Smith). Pour Alan Turing c’est différent. A la limite, les aficionados Apple ont peut-être entendu parler de la légende autour du logo à la pomme croquée. Mais dans l’ensemble, ce génie est resté dans un cruel anonymat alors qu’il fait tout simplement partie de ceux qui ont bâti les fondements du monde d’aujourd’hui. Moi-même, si je n’avais pas fait ces études à l’université, je n’en aurais sans doute jamais entendu parler. Mais revenons-en à The Imitation Game, film sorti sur nos écrans mercredi dernier.

L’histoire

1940 : Alan Turing, mathématicien, cryptologue, est chargé par le gouvernement Britannique de percer le secret de la célèbre machine de cryptage allemande Enigma, réputée inviolable.

Le film commence par un cambriolage au domicile du prénommé Alan Turing. Deux agents se rendent sur place et sont très fraîchement reçus dans une maison sans dessus dessous. L’un d’eux est persuadé que l’homme leur cache quelque chose, aucun objet n’ayant apparemment été dérobé. Il va alors engager des recherches, se heurter au secret défense, obtenir le dossier tant convoité et s’apercevoir que celui-ci est tout simplement vide, ce qui ne fera que le conforter dans son intuition. Arrêté pour une toute autre « affaire » (« délit d’homosexualité », oui oui ….), Alan Turing termine tout de même en cellule. L’inspecteur obtient une heure de temps pour l’interroger sur ses activités pendant la Seconde Guerre Mondiale, activités que l’on semble vouloir protéger au plus haut de la hiérarchie. S’engage alors un jeu de l’imitation (« test de Turing ») pendant lequel Alan Turing va révéler son histoire : comment, avec quelques autres génies et malgré un certain handicap relationnel, il a réussi à casser le code Enigma, offrant ainsi aux Alliés le tournant inestimable qui leur permettra de gagner la guerre.

Imitation_game_4

Mon avis

Je connaissais dans les grandes lignes l’histoire d’Alan Turing, ses difficultés, son rôle dans la victoire des Alliés, ses travaux dans l’informatique et l’intelligence artificielle. Cela ne m’a pas empêchée d’être bouleversée par ce film.

La première bonne surprise, c’est qu’il ne verse pas dans le misérabilisme, écueil dans lequel il aurait facilement pu tomber : génie incompris + difficultés relationnelles + homosexualité au cœur du XXème siècle, le terrain était relativement glissant. Rien n’est caché, les faits sont crus, parfois cruels, mais jamais larmoyants.

Le film est fidèle à l’histoire d’Alan Turing. Il se compose autour de sauts dans le temps : arrestation, travail sur Enigma et enfance s’entrecroisent pour donner au spectateur toutes les cordes pour comprendre et dénouer l’histoire de ce héros presque anonyme. Si on ne connaît pas sa vie, on se doute du dénouement, ce qui n’enlève rien au suspense du film : on est tout simplement happé du début à la fin.

La réalisation de Morten Tyldum est magnifique et la photographie est très belle. Même si l’équipe d’Alan Turing se trouve loin des zones de combat, la guerre est omniprésente sans être frontale : dans les discussions, dans les tunnels de métro où la population trouve refuge ou dans les gravats et murs de sacs de sables des rues londoniennes .

Imitation_game_2

Benedict Cumberbatch incarne à la perfection Alan Turing. Il est tour à tour froid, détestable, imbus, triste, vulnérable, seul, soutenu, torturé, mais toujours génie au cerveau en ébullition constante. Il y a bien longtemps qu’une performance ne m’avait pas autant scotchée à mon fauteuil. Il concourt au titre d’Oscar du meilleur acteur cette année, et c’est amplement mérité tant il est magistral.

Keira Knightley également est épatante. Dans le rôle de Joan Clarke, elle aussi est une personne qui souffre dans ce monde et cette époque où la femme n’a sa place qu’en tant qu’épouse, mère et à la limite infirmière, secrétaire ou opératrice. Extrêmement douée, elle rejoindra tout de même, officieusement dans un premier temps, l’équipe d’Alan Turing, lui apportant son aide autant dans ses travaux scientifiques que dans ses troubles relationnels.

Imitation_game_3

Entre avancées technologiques, responsabilité et question du secret (qui peut être sauvé et qui doit mourir pour que les allemands ne puissent pas comprendre qu’Enigma a été déchiffrée), existence dans un monde que l’on ne comprend pas, féminisme et horreur des traitements infligés aux homosexuels de l’Angleterre (et tant d’autres pays …) de l’époque, ce film est un vibrant hommage à celui qui a contribué à révolutionner la fin du XXème siècle et ceux à venir. Gracié par la Reine Elisabeth II en 2013, Alan Turing retrouve aujourd’hui, grâce à The Imitation Game, le rang et la reconnaissance dont il n’aura malheureusement et honteusement pas pu bénéficier de son vivant.

Pour aller plus loin (liens Wikipedia) :

Alan Turing, Enigma, Test de Turing